Après avoir subi des coups durs avec les différentes mutations technologique qui ont forgées notre société, quel avenir peut-on imaginer pour l’imprimerie ? En 2011, après 10 années sombres, ce domaine d’activité avait perdu  près de la moitié des ses entreprises. Et la crise n’est pas totalement finie pour les imprimeries survivantes qui doivent faire face à de nombreux défis.

Un domaine d’activité voué à disparaître ?

On peut voir le papier comme un résidu ringard d’une communication vieillissante. Désormais, le numérique règne en maître et impose ses lois. L’imprimerie peut-elle cohabiter avec ce siècle digital ? La réponse est oui évidemment, mais elle devra s’adapter. Loin d’être vouée à disparaître, elle a de belles années et de nombreuses opportunités à saisir devant elle.

En effet, si les impressions publicitaires sont revues à la baisse, on remarque une forte demande pour les imprimés personnalisés. Désormais, les clients sont harcelés de mails en permanence et un envoi de courrier personnalisé de bonne qualité, fait un très bon effet. Le numérique est rapide, impersonnel, on est pressé. En revanche, recevoir un courrier personnel est plutôt rare et on prend le temps de l’ouvrir.

Ainsi, on se dirige plus vers un marketing ciblé, avec des impressions originales pour se démarquer. L’être humain est doté de 5 sens et un vernis sélectif ou une dorure sont très appréciables face à l’immatérialité numérique.

Une force d’adaptation

Les entreprises ayant survécu à la crise ont toutes les chances de continuer longtemps. Elles ont en effet su s’adapter et se remettre en question pour attraper de nouvelles opportunités. On voit beaucoup se développer le web to print par exemple ou les clients commandent et valident leurs BAT en ligne. De plus, pour les campagnes de marketing direct, les impressions sont également beaucoup sollicitées. L’objectif des entreprises est différent désormais et le papier leur sert à établir un dialogue avec leurs clients. Les gros volumes avec de petites marges se réduisent pour faire place à des commandes plus spécialisées avec une marge plus importante pour l’entreprise. L’important est donc d’être attentif et d’anticiper les attentes des clients pour leur proposer des services adaptés.

Le tout-en-un

La force de l’imprimeur est de pouvoir se tourner vers le numérique pour avoir un complément d’activité. De nombreuses imprimeries font en effet le choix de se doter d’agence de communication pour étendre leurs services. Elles respectent ainsi une volonté de leurs clients d’avoir un interlocuteur unique pour toutes leurs communications. C’est une force qui peut-être développée en plus de son expertise d’impression afin de pouvoir proposer des services tout en un.

Pour conclure, l’impression ne disparaîtra jamais, car nous aurons toujours besoin du contact du papier. Si le marché de l’imprimerie est dur, il permet tout de même aux personnes à l’écoute des attentes de leurs client de tirer leur épingles du jeu.

Défiler vers le haut